Pour mes élèves de Français. J`espère que cela vous fera plaisir...



jeudi 21 novembre 2013

25 novembre

« Je me félicite que de nombreuses voix s’élèvent en faveur de l’éradication de cette violence, qui touchera près d’une femme sur trois au cours de sa vie.
 Je salue l’action des dirigeants qui s’efforcent, par leur action législative et par un changement des mentalités, de contribuer à cette cause.
Je rends également hommage à tous ces héros qui, partout dans le monde, aident les victimes à se rétablir et à devenir des agents de changement. »
Message de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU, 25 novembre 2013

 Le 17 décembre 1999, par sa résolution 54/134, l'Assemblée générale a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités conçues pour sensibiliser l'opinion au problème.

Les militants en faveur des droits des femmes ont choisi en 1981 la date du 25 novembre comme journée de lutte contre la violence, en mémoire des trois soeurs Mirabal, militantes dominicaines brutalement assassinées sur les ordres du chef de l'État, Rafael Trujillo (1930-1961).
 


A l'occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, trente célébrités belges ont enregistré une chanson bilingue intitulée "Coups bas tais-toi, coup bas prends ça".

Ces personnalités ont répondu à l'appel de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes afin de marquer leur engagement pour lutter contre la problématique de la violence conjugale. Une femme sur sept en a été victime en Belgique durant les 12 derniers mois.

 Voilà le clip et les paroles, en rouge, les parties chantées en français


PAROLES:



Refrain:
Coups bas, prends ça
On n'est jamais aussi bien que chez soi
Tais-toi, ne bouge pas
Ce que je fais restera sous ce toit
 
De tous les milieux, de toutes les cultures
Les femmes ont de la honte pleins les yeux
De tous les milieux, de toutes les cultures
Les enfants sont pris entre deux feux
Violence quotidienne, guerre à huis clos
Sous une pluie de peine, elle ne dit pas un mot
Elle voudrait tant qu'on l'aide, mais n'ose pas crier
Elle doit brûler ses ailes, se soumettre à sa vonlonté
 
Faire bonne figure, cacher ses blessures
L'indifférence lui mène la vie dure
Faire bonne figure, cacher ses blessures
Personne ne doit être témoin des tortures

Une vie blessée par des crises de colère
Une autre bouleversée par les paroles d'un père
Un enfant déchiré entre papa et mamam
Une famille coincée dans des sables mouvants Refrain 
Cachant en elle tous ses problèmes
Elle ne peut que s’enfermer
Cet enfer restera le même
Si personne ne vient l’aider
 
Sachez voir les premiers signes
Etre là quand elle vous appelle
Pour lui rendre une vie plus digne
Certainement beaucoup plus belle

Refrain
 
Le vrai risque, le vrai problème, dans la violence, la terreur
C'est quand se pose le dilemme, crier ou toutgarder à l'intérieur
 
Violence verbale, violence mentale
Livrées à domicile, juste avant le journal
Violence physique, violence sexuelle
ivrées à domicile, juste après la vaisselle
 
Les statistiques sont navrantes, les chiffres hallucinants
La situation est choquante, pour toute personne de bon sens
 
Ça se passe chez les voisins, chez le facteur, le pharmacien
Par pitié, ouvrez les yeux ce n'est pas un fait anodin
 
Refrain

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire